Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2010 7 18 /04 /avril /2010 09:04

Tout le monde connais la forêt des landes avec ses pins bien haut et bien droit...

 

mais parfois la nature en décide autrement...

 

dame nature

Partager cet article
Repost0
17 avril 2010 6 17 /04 /avril /2010 18:47

... la tonte des moutons a commencé !!

 

tonte

Partager cet article
Repost0
16 avril 2010 5 16 /04 /avril /2010 23:11

... a mes pieds...

 

verdure

 

par cette belle journée ensoleillée et ce début de vacances.

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 21:54

... pour dépannage au bureau !

 

brosse à dents de poche

Partager cet article
Repost0
15 avril 2010 4 15 /04 /avril /2010 00:09

 

Merci à tous les participants de mon petit jeu et vote de la photo préférée...

Mais tout d'abord commençons par...

Les nominées sont :

 

promenade vélo sablés Mimosas souris-lumineuse 

 

La gagnante sera finalement :

 

promenade

 

Quant à l'âge de mon fils, il a fêté ses 17 ans... 

 

Je vous attends tous le mois prochain pour un prochain vote, avec encore plus de participants.


Partager cet article
Repost0
14 avril 2010 3 14 /04 /avril /2010 18:12

... cinéma bien sûr.

 

séance

 

Nous sommes allés voir "L'Immortel", un film de Richard Berry avec Jean Reno.

 

Charly Matteï a tourné la page de son passé de hors la loi. Depuis trois ans, il mène une vie paisible et se consacre à sa femme et ses deux enfants. Pourtant, un matin d'hiver, il est laissé pour mort dans le parking du vieux port à Marseille avec 22 balles dans le corps. Contre toute attente, il ne va pas mourir... Cette histoire est inspirée de faits réels, mais où tout est inventé, au coeur du Milieu marseillais.

 

Un film super en émotion et en action, ave un Jean Reno époustouflant... j'adore !

Partager cet article
Repost0
13 avril 2010 2 13 /04 /avril /2010 19:15

livre


Comment vit-on en France aujourd' hui, quand on a un revenu inférieur au Smic - voire pas de revenu du tout ? Pour le savoir, Florence Aubenas quitte temporairement sa famille, sesamis et son emploi de grand reporter au Nouvel Observateur pour vivre pendant six mois dans la France de tout en bas. Embauchée d'abord comme femme de ménage dans une ville de province, cumulant les contrats précaires, elle plonge dans un autre monde. Un monde où le travail est rare et les nuits brèves, l'exploitation maximale et la solidarité active. Où les lieux de rencontre sont le Pôle emploi et l'hypermarché local. Entre colère et résignation, chacun lutte pour sa survie.

Partager cet article
Repost0
12 avril 2010 1 12 /04 /avril /2010 21:53

Tout en allant à ma réunion du soir...

 

je n'ai pas pu résister à vous faire découvrir un édifice de ma commune...

 

Le château de Thouars :

 

Thouars

 

Construit à partir du XIIIe siècle et amanégé au cours des siècles suivants, le château de Thouars fut entièrement restauré au XIXe siècle. Au Moyen Âge, Le vaste bois entourant la demeure était un lieu privilégié de chasse particulièrement apprécié des souverains anglais alors présents sur le territoire français. La construction actuelle n'est plus celle de l'époque ; il ne reste que deux des quatre tours primitives.

 

En raison de la pauvreté des indices archéologiques ou historiques pour l’époque médiévale, l’histoire du château de Thouars, tel que nous le voyons de nos jours, ne commence que vers le milieu du XVIeme siècle, étroitement associée alors à la famille d’Agès.


Cette famille connut les vicissitudes que traversèrent maintes familles bordelaises à l’issue de la Guerre de Cent ans. Bertrand d’Agès, seigneur de Saint-Magne, commandait l’armée qui s’opposa aux troupes françaises au cours de la « male jornade ». Pris par les Français, il resta quelque temps leur prisonnier après la paix du 12 juin 1451. Libéré, il participa à nouveau à la résistance bordelaise et fut pris les armes à la main à Castillon le 17 juillet 1453. Il mourut peu de temps après, en captivité à La Rochelle. Ses biens et terres furent confisqués et remis à Jean Bureau, trésorier de France. Celui-ci les céda à Louis XI qui, en 1462, les restitua à la famille d’Agès. Après un long procès de 32 ans contre la famille d’Albret, les d’Agès purent entrer à nouveau en possession de leurs biens. 


A partir de 1502, la famille va connaître une rapide ascension en la personne de Pierre II. Panetier ordinaire du roi en 1501, il est admis à la Cour puis assume, à partir de 1525, des ambassades importantes. Il reçoit à Bordeaux la reine Eléonore d’Autriche, épouse de François Ier, et ses fils. Il est sous-maire à Bordeaux à plusieurs reprises. En 1544, des documents conservés aux Archives départementales de la Gironde révèlent qu’il fit entreprendre l’édification de divers bâtiments sur ses terres de Thouars. Il confie les travaux à deux maçons Guillon de Brey et Jacques Ardoyn moyennant 9 dols tournois par brasse de muraille, une pipe de froment, une barrique de vin, un pourceau, des fagots et du bois, le logis et un demi-boisseau de fèves. Le chantier occupa alors 12 ouvriers. En 1557, René d’Agès succède à Pierre II. Toujours en grande faveur à la Cour, il reçoit entre le 3 et le 9 avril 1565, Charles IX et le futur Henri IV. Mais René d’Agès est inquiété un certain temps en raison de l’aide qu’il apporta aux Protestants. Toutefois ses relations étouffèrent rapidement cette disgrâce. Au XVIIeme siècle, l’histoire de la maison noble de Thouars est complexe. En 1623, elle est cédée par « adjudication judiciellement faicte aux Requestes du Pallais du Parlement à Bordeaux » à dame Anne d’Olive. Cet acte marqua le début d’interminables procès. Thouars resta aux héritiers de François d’Agès qui continuèrent à se disputer le domaine. En 1629 « les sieurs d’Ages avaient fait une assemblée dans la maison de Thouars de 25 à 30 gentilhommes et de 50 à 60 soldats armés de pistolets, arquebuses et mousquets… ». En 1637, un acte décida que le domaine restait indivis. Puis on recommença à plaider pendant près de 50 ans. En 1684, Eleonor d’Ages gagna ce long procès et rendit hommage pour la baronnie de Thouars.


En 1692, la seigneurie fut acquise par Jacques Demons « conseiller du roi en la Cour de Parlement de Bordeaux et commissaire aux requêtes du Palais ». Il meurt en 1720 « dans sa maison, sur les fossés du Chapeau Rouge ». 


Pendant une cinquantaine d’années, les documents font défaut. C’est cependant au cours de cette période que l’on peut situer d’une part des projets d’aménagement du parc : création de boulingrin dont les dessins sont conservés aux Archives municipales de Bordeaux et décoration d’une fontaine par une statue de Vénus debout sur une coquille et d’autre part, l’édification de la façade nord, plaquée sur une courtine beaucoup plus ancienne. 


En 1771, messire Michel-Joseph de Gourgues, président au Parlement de Bordeaux achète Thouars par contrat. Le domaine est acquis dans les années suivantes par le président Lalanne qui meurt en 1774. Son exécuteur testamentaire est le chevalier Le Comte, captal de La Tresne. M. Ferrus décrit la cérémonie d’hommage que le captal rendit aux jurats bordelais, le 12 juillet 1777. « Il reconnaît tenir Thouars et ses dépendances, s’étendant sur les paroisses de Talence, Gradignan et Villenave dans les juridictions et comté d’Ornon, sous la redevance d’un épervier volant d’hommage tous les 29 ans. N’ayant pu se procurer l’épervier, il prie les seigneurs d’accepter, au lieu et place de l’oiseau, une paire de gants brodés. » 


Après la mort du marquis de La Tresne en 1782, son héritier « chevalier de Malthe » conserve quelques années le château puis il le cède à M. de Galatheau. Celui-ci le vend en 1788 pour 50 000 livres tournois à M. Tarteiron, membre d’une famille protestante, originaire du Languedoc, qui avait bâti au XVIIIeme siècle une grande fortune dans l’armement. Cette vente entre une famille de parlementaires et une famille de négociants illustre bien l’appropriation des grands domaines par le négoce avant la Révolution. 


Le début de la Révolution fut marqué par un événement typique de cette période : les paysans envahirent le château, s’y livrèrent au pillage et firent un autodafé du lit où Charles IX avait couché. En 1795 est prtcée à travers le bois de Thouars la première route joignant Talence à Villenave-d’Ornon. En 1822, Jean Tarteiron est inhumé dans sa propriété de Thouars. En 1835, Mme Tarteiron fit relever les tours du château. Celui-ci devint ensuite la propriété des Balguerie qui firent appel à l’architecte Charles Durand. Les travaux de restauration en firent un château « mi-gothique, mi-moderne, ce qui constitue un amalgame bizarre » (Aurélien de Sarrau). Puis la marquise du Vivier et Th. d’Ornellas furent les propriétaires suivants. En 1957, la ville de Talence se porte acquéreur du domaine de 70 hectares et du château pour la somme de 70 millions d’anciens francs. En 1958, elle accorde trois hectares et demi au Comité du logement des Anciens Combattants et Victimes de Guerre qui y édifie 87 maisons abritant 350 personnes. Talence compta ainsi un nouveau quartier : celui de Thouars.

Partager cet article
Repost0
11 avril 2010 7 11 /04 /avril /2010 22:03

Enfin le soleil, on fonce à l'océan...

 

de plus on a trouvé enfin un parking où les CC ne sont pas interdits,

 

interdiction en totale illégalité avec les lois françaises...

 

grand-Crohot.jpg

 

au beau milieu de la forêt...

Partager cet article
Repost0
10 avril 2010 6 10 /04 /avril /2010 23:05

L'occasion de faire ainsi notre premier repas de l'année sur le balcon...

 

1er repas

 

Pourvu que ça dure...

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Souvenir d'un jour, devient Photo du mois !
  • : Une photo chaque jour pour se souvenir... un souvenir du temps qui passe... par manque de temps et d'inspiration, la photo du jour n'existe plus et cela restera une photo par mois suivant un thème définit par un participant...
  • Contact

  • Pilisi
  • Pas vraiment aventurière mais aime voyager, bouger et visiter le reste du monde et sous la mer...
  • Pas vraiment aventurière mais aime voyager, bouger et visiter le reste du monde et sous la mer...